Prendre Lily – Marie Neuser

prendre lily de marie neuser

Prende Lily de Marie Neuser

Informations complémentaires…

Prix: 8 € (je l’ai acheté à ce prix en tout cas)

Edition: Poket

Quatrième de couverture…

Une mère de famille retrouvée assassinée dans sa baignoire, les seins tranchés, les doigts comme un écrin renfermant deux mèches de cheveux.
Le corps d’une étudiante coréenne abandonné la nuit dans un quartier désert.
Et des jeunes femmes qui témoignent : leurs cheveux coupés net, tandis qu’elles vivent, marchent, respirent dans une petite ville balnéaire d’Angleterre qui ne connaît pas les débordements.

Non loin de la salle de bains de Lily Hewitt vit Damiano Solivo. On lui donnerait le bon Dieu sans confession si ce n’étaient ces déviances auxquelles il s’adonne en secret.
Mais son épouse peut le jurer : Damiano est innocent. Damiano est même victime. Victime, oui : de la complexité d’une machinerie sociale et judiciaire qui sait comment on façonne les monstres.

Un extrait…

J’ai basculé un 12 novembre.

Ce sont des voisins qui nous ont appelés. Quand ils ont trouvé les deux petites en train de courir dans la rue en hurlant: « Maman a été coupée en morceaux ! » Ils on réceptionné les deux gosses et nous ont immédiatement téléphoné. Ils ne sont pas allés voir par eux-mêmes. Normal. Ils nous ont refilé l’enfer comme on refile un bébé.

Ma critique…

En premier lieu je tiens à préciser que ce roman n’est pas pour tout public, ou en tout cas je ne le conseillerais pas à de jeunes ados entre 11 et 15 voir 16 ans. Après vous faites comme bon vous semble mais je me devais de le préciser.

Ce roman est génial ! Lors d’une remise des récompenses d’un concours de nouvelles, l’auteure Marie Neuser avait été invité, c’est à cette occasion que je l’ai rencontré en chaire et en os, que j’ai acheté ce roman et que je l’ai fais dédicacer. Mais avant cette rencontre j’avais déjà fait la connaissance de Marie Neuser d’une façon plus littéraire, en effet j’avais lu son second livres Un petit jouet mécanique qui m’avait tout à fait conquise ! En commençant ce roman je savais d’hors et déjà que la plume de l’auteure me plaisait. Je savais également que ce roman n’appartenait pas à la même catégorie, Un petit jouet mécanique était plus pour moi, un roman noir, un drame familiale qu’un véritable thriller au sens policier du terme. Alors que celui-ci suit une véritable enquête, une procédure policière, des indices, des témoins, des suspects, des filatures, enfin tout ce qui pour moi, constitue un roman policier. Or, il s’agit d’un thriller, qui vous tient en halène tout au long de ses 561 pages. Il s’agit d’un thriller policier (il existe pas mal de sous-genre du thriller c’est pourquoi je précise) et je ne sais plus trop où ni pourquoi j’avais compris la chose ainsi, mais avant même de commencer à lire le roman, pour moi un thriller était un genre qui se différenciait du policier car dès le début nous savions qui était le coupable, et le roman entier exposait la façon dont la vérité éclatait (ou pas) et tous les rebondissements que subissaient les enquêteurs et le coupable pour mettre ce dernier derrière les barreaux. Tandis que dans policier « basique » à la Agatha Christie, il y a une chronologie à respecter. Le crime, l’enquête et seulement à la fin du roman, la conclusion de l’enquête par la découverte du coupable et son emprisonnement. Ici nous sommes donc face à un thriller pour au moins la raison que je viens d’énoncer plus haut. Tout ça pour dire que même en ayant lu auparavant Un petit jouet mécanique je ne savais pas si ce livre me plairait.

Ce thriller, donc, m’a capté jeudi matin, mais n’ayant pas de temps à lui consacrer je n’en ai lue qu’une vingtaine de pages. Je l’ai repris sérieusement vendredi après-midi, j’ai été obligé de faire une pause le temps de dormir pour finalement le finir en milieu d’après-midi, aujourd’hui, le samedi 02/07/2016. Tout ça pour vous dire qu’il est impossible à lâcher ou en tout cas très difficilement ! Une fois que l’ambiance, sombre, écœurante, angoissante et tendu du roman vous a happé vous n’en ressortez pas facilement, pas sans avoir l’envie d’y replonger immédiatement pour découvrir les prochains rebondissements, les coups fourré, les entourloupes, les joies lors des avancées, les déceptions lorsque l’enquête n’avance pas.

En lisant ce roman, je me suis rendu compte que l’auteure avait fournis un véritable travaille de documentation en ce qui concerne les systèmes judiciaires anglais et italien, tous leurs rouages et comment ils s’agencent, les lois qui vont avec et tout ce qui vous donne la sensation en le lisant qu’elle ne s’est pas juste contenté d’imaginer comment les choses peuvent s’y dérouler. Ce travaille de recherche se ressent et rend le livre d’autant plus intéressant qu’en le lisant d’une part on apprend des choses, mais surtout il en devient très réaliste, tangible, on ne navigue pas dans le flou que l’auteure aurait provoqué en imaginant le fonctionnement de ces deux systèmes judiciaire.

De plus, l’histoire est raconté à la première personne du singulier, le narrateur est un des enquêteurs, et du début du roman, la découverte du corps, jusqu’à la fin, le jugement du coupable, ce personnage évolue, sa vision des choses évolue également avec son humeur, son état d’esprit. Durant l’enquête, les détectives sont mis à rude épreuve, surtout lui qui s’investit beaucoup, et bien la narration s’en ressent. Le vocabulaire utilisé, les phrases, son comportement, tout, tout est modifié et en perpétuelle évolution, ce qui rend l’illusion encore plus tangible, nous avons à faire avec un véritable enquêteur qui nous raconte  toute l’enquête comme si il était assis devant nous et qu’il revivait ce long moment de sa vie en direct devant nos yeux. Je trouve cette façon de faire vraiment intéressante et même si j’ai l’impression de me répéter, cela donne un rendu de qualité.

Pour conclure, je vous conseille se super roman, a condition que vous soyez suffisamment âgé pour vous lancer dans l’aventure sans en sortir quelques pages plus loin choqué. Je vous précise également que même si il y a des sous-entendu certaines choses sont très clairement décrite, on ne tourne pas autour du pot, comme par exemple lors de la description de la scène de crime, donc ceux qui ne se sente pas capable d’avoir une telle lecture n’hésitez pas plus longtemps et choisissez un autre livre moins crue verbalement je dirais. Malgré cela, je vous le recommande, il vaut le détour !

Je rappelle cependant que tout ceci n’est que mon avis, à vous de vous forger votre propre opinion.

Note: 9/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s