Corps d’Etat – Christophe Martinolli

Corps d'Etat de Christophe Martinolli.jpg

Corps d’Etat de Christophe Martinolli

Informations complémentaires…

Prix: 9,50 € (papier) 2,99 € (ebook)

Edition: Christophe Martinolli

Quatrième de couverture…

Erwan est un jeune assistant parlementaire. Il comptait se reposer, et avait promis de prendre soin de sa femme Claire après la campagne présidentielle : ils attendent leur premier enfant et sont fous amoureux. Mais du jour au lendemain, leur vie bascule. Le soir-même de sa réélection, le chef de l’État s’est effondré sur l’estrade de la Concorde, foudroyé par une attaque cardiaque…
Paris est en état d’urgence.
Sa meilleure amie et collègue Ambre découvre qu’il ne s’agit pas d’une mort naturelle. Elle devient la seule témoin d’un complot contre le président de la République française et disparaît en laissant l’unique preuve à Erwan.
Menacé et traqué par des hommes d’État, Erwan fera tout pour protéger Claire.
Il ne peut compter que sur lui-même…

Avertissement : l’auteur déconseille l’ouvrage aux -16 ans en raison du caractère sexuellement explicite de certaines scènes.

Un extrait…

Il est le président de toutes les françaises et de tous les français, et rêve de former un jour la belle Europe des États-Unis. Ce rêve il ne le verra jamais. Et il le sait à cet instant précis. Il n’a pas eu le temps de dire au revoir à sa femme, à ses enfants, et à sa fille qui vit à Montréal. Que vont-ils penser quand ils apprendront que leur père est mort ? Laurent sent se contracter la poitrine, comme si on lui arrachait le cœur à vif et tombe à la renverse pour s’écrouler sur le sol. Le corps du Président gît inerte sur l’estrade.

Ma critique…

Ce roman est particulier pour moi car il est mon tout premier SP, je tiens donc à remercier l’auteur pour sa confiance et SimPlement sans qui ce service presse n’aurait pu se faire. Toutefois ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un service presse que je vais enrober mes mots de miel, je serais franche.

Ce roman est court, 112 pages en PDF. Il s’agit d’un thriller politique et même si je n’apprécie pas particulièrement la politique (même pas du tout), le côté thriller m’attirait.

Toutefois, j’ai eu un petit peu de mal avec la façon dont le roman a été écris. Je m’explique. L’histoire est intéressante, la plume de l’auteur est simple et efficace, mais j’ai trouvé que le sujet traité méritait d’être plus développé. En lisant ce roman j’ai eu la sensation d’avoir accès qu’à certaines pièce du puzzle, ce qui ne me dérange pas étant donné que c’est un thriller, mais il m’a manqué un élément à la fin, la vue d’ensemble. J’ai eu l’impression d’avancer dans ce roman à travers une chape brouillard. Un peu comme lorsqu’on regarde un film d’action, les scènes sont rapides, elles ne nous montrent que l’essentielle, l’enchaînement des scènes et des images se fait très rapidement, parfois brusquement. Cette construction donne un certain rythme au roman, une impression de vitesse, le lecteur n’a pas le temps de souffler, mais il peut du coup passer à côté de certains éléments nécessaires.

En arrivant à la fin de ce roman j’avais compris ce qui c’était passé dans les grandes lignes, mais je me suis perdu avec les différents protagoniste du complot, qui a fait quoi, pourquoi, pourquoi le personnage principal agit-il comme ça, pourquoi prend-t-il cette décision, pourquoi Dominique dépeint comme un sale type depuis le début, décide finalement que son amour pour Ambre est plus important que sa propre vie ?

L’histoire est bien, mais d’après moi elle mérite d’être plus développé, plus approfondis, sans pour autant supprimer l’enchaînement rapide des événements qui colle parfaitement à la situation, mais là je trouve ça vraiment trop rapide, je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages, d’apprendre à les connaître, de comprendre les tenant et les aboutissants, j’ai eu l’impression qu’on survolait l’histoire sans vraiment rentrer dedans.

Pour avoir lu une trilogie (Jason Bourne de Robert Ludlum – La mémoire dans la peau – La mort dans la peau – La vengeance dans la peau) avec les mêmes thèmes, complot, meurtre, un homme traqué, espionnage, politique, je peux dire que j’ai préféré la façon dont les romans de Robert Ludlum ont été écrit, car tout en gardant cette ambiance pesante, cet effet de vitesse, il rentrait plus dans les détails, j’ai mieux cerné les événements et les personnages. Et ce n’est pas parce que l’histoire s’étale sur trois romans, car chaque roman ce suffisait à lui-même (même si bien sûr pour avoir la totalité de l’intrigue il faut tout lire).

Je trouve ça vraiment dommage du coup, car en lisant le synopsis je me posais plein de questions et ce roman m’intéressait vraiment.

Note: 6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s